Question orale de M. Marcel Cheron à Monsieur François Bellot, Ministre de la Mobilité, chargé de Belgocontrol et de la Société nationale des chemins de fer belges, sur L’intérêt de la Wallonie pour la création d’une piste cyclable temporaire sur le tracé du RER

Monsieur le Ministre,

L’exploitation du tracé RER pour créer une voie cyclable expresse entre le BW et Bruxelles est une vieille revendication des associations cyclistes et d’Ecolo. Celle-ci n’a pas été suivie par Infrabel lors de la mise en oeuvre du chantier RER. En Flandre, de nombreuses infrastructures de ce type voient le jour et les points positifs sont nombreux. En effet, les tracés ferroviaires sont directs, avec très peu de déclivité, et séparés de la circulation routière.

Sachant que les dates de finalisation de la mise à 4 voies ne cessent de reculer, et que le PPI d’Infrabel ne témoigne pas d’un élan formidable vers l’avancée rapide du chantier, il n’est pas déraisonnable de penser à « rentabiliser » les travaux entamés par Infrabel pour y faire circuler des vélos. En effet, tout investissement réalisé dans ce cadre pourrait probablement être valorisé pendant 10 à 15 ans encore!

Récemment, en réponse à une question de la députée wallonne Hélène Ryckmans, le ministre wallon de la mobilité s’est montré pour la première fois ouvert à une discussion constructive sur le sujet. Il amènera ainsi ce point à l’ordre du jour du prochain CEMM. Au-delà de l’aspect original que peut revêtir cette proposition, il me semble que la mise en place du « VER » sur le squelette du RER, en attendant celui-ci, serait un bon signal donné en faveur de la mobilité durable, et de la promotion du vélo.

Monsieur le ministre,

– Accepterez-vous d’en discuter de manière concrète avec votre homologue wallon ?
– Une étude de faisabilité pourrait-elle être initée par Infrabel ?

Je vous remercie.

Marcel Cheron

Réponse du Ministre François Bellot

Vous n’êtes certainement pas sans savoir que je suis un fervent partisan de l’aménagement de pistes cyclables sur les assiettes de voies de chemin de fer et des terrains ferroviaires qui sont abandonnés. J’ai déjà fait part plus tôt de mon intention de demander à Infrabel de dresser une liste des endroits où il existe une opportunité effective pour aménager des pistes cyclables supplémentaires.

Sur la question de savoir si cela doit se faire précisément sur des assiettes qui sont réservées pour la finalisation du projet RER dans et autour de Bruxelles, je suis toutefois plus réticent. A l’heure où une solution se dessine pour la poursuite de la finalisation du projet RER dans le cadre d’un nouveau plan pluriannuel pour les investissements ferroviaires, cela ne me semble pas être un signal approprié de destiner encore ces assiettes de voies de chemin de fer à l’usage du vélo. Le moment est au contraire venu de tout préparer au maximum pour que les travaux ferroviaires puissent se poursuivre.

Il n’entre donc pas dans mes intentions de demander à Infrabel de réaliser une étude de faisabilité en vue d’utiliser d’abord encore les assiettes du RER comme piste cyclable.

Infrabel a déjà communiqué sa position: la coexistence de travaux et de pistes cyclables sur le trajet du RER n’est pas envisageable pour des raisons évidentes  de sécurité des cyclistes sur le trajet du RER n’est pas envisageable pour des raisons évidentes de sécurité des cyclistes et de sécurité d’exploitation du service ferroviaire.

Share This