Louvain-la-Neuve, le 28 septembre 2015

Les mandataires locaux Ecolo du Brabant wallon interpellent les
Communes et les CPAS, afin qu’ils se mobilisent pour faire face à la
crise de l’accueil des réfugiés. Ils continueront à le faire aussi
longtemps que la situation le nécessitera.

« Ces personnes fuient leur pays parce qu’elles y sont en danger. Les
citoyens l’ont compris, ils étaient plus de 20 000 hier à Bruxelles pour leur
manifester leur soutien, explique Véronique de Brouwer, Secrétaire
régionale Ecolo du Brabant wallon. Les pouvoirs locaux peuvent faire le
choix de la solidarité et contribuer à une aide à court terme, mais aussi à
moyen et long terme. » Les Communes et CPAS peuvent ainsi soutenir les
initiatives bénévoles, répertorier les bâtiments communaux vides et les
mettre à disposition pour l’accueil des personnes ou le stockage de dons,
etc.
Mais il existe également une autre possibilité : celle liée à la récente
demande adressée par Fedasil(1) aux CPAS afin d’augmenter le nombre d’ILA
(Initiatives Locales d’Accueil). Les CPAS peuvent mettre à disposition de
Fedasil des logements dont ils sont propriétaires ou qu’ils louent, afin
d’accueillir des candidats réfugiés dont la régularisation est probable. Ils
reçoivent en retour, du gouvernement Fédéral, une aide financière
journalière par personne hébergée, ce qui permet d’assurer l’accueil et
l’accompagnement social des candidats réfugiés. Ecolo soutient ce type de
politique qui favorise l’intégration, la mixité sociale et la répartition
géographique, sans déstabiliser les budgets des CPAS.
« Nos élus vont encourager les instances dans lesquelles ils siègent à agir
aussi longtemps que la situation le nécessitera. Il n’y a pas une seule façon
de participer au mouvement de solidarité, mais il faut le vouloir…Tout est
question de volonté politique. »

(1) Fedasil dispose de deux centres communautaires en Brabant wallon : Jodoigne et Rixensart

Share This