La reconversion du site de Clabecq est un enjeu important pour l’ouest du Brabant wallon. Quatre projets différents y sont actuellement en cours dont celui lié au site SOCOL. Ecolo estime que ce projet n’est pas crucial et que les travaux de reconversion du site de Clabecq, dans sa globalité, doivent se faire de façon concertée et structurée, en associant dans une réflexion d’ensemble les nombreux acteurs impliqués.

2015_photo_SOCOL_opt.jpg

Rappelons d’abord que les travaux relatifs à l’aménagement de la zone portuaire de Tubize ont commencé début 2015. Une dalle est aujourd’hui en cours de construction sur la zone qui s’étend entre le port de Clabecq et la dalle CETREVAL. Il s’agit d’une dalle extérieure de 6 000 m² pour laquelle la Région wallonne intervient à hauteur de 821 876 euros. Le Gouvernement wallon a octroyé en décembre une somme de
313 088,15 euros à Betonac pour la phase II de la concession Cetreval.

Le dossier lié au site « SOCOL »1 comporte quant à lui deux demandes introduites par la SA SOFINPRO2.
– Une demande de reconnaissance du site en site à réaménager (SAR) sur laquelle le ministre Prévot devrait se prononcer d’ici quelques jours, ce qui nous parait précipité.
– Une demande de reconnaissance de zone d’activité c’est-à-dire le réaménagement et la réaffectation d’une partie du site pour y développer des activités économiques. Cela passe par la création d’une dalle sur la majeure partie de l’espace délimité, destinée à accueillir une plate-forme portuaire multimodale ainsi que d’éventuels halls d’activités économiques. Dans les faits, SOFINPRO souhaite créer une plate-forme bi-modale et une dalle de béton sur une partie du périmètre en rapport avec la voie d’eau.

L’ensemble de ces aménagements soulève une série de questions liées à différentes thématiques.

Les risques accrus d’inondations
En 2010, Tubize a été sévèrement touchée par de graves inondations. La création de dalles en béton influence fortement la perméabilité du sol avec tous les problèmes que cela peut engendrer.
Il est donc essentiel que, préalablement à toute initiative, des dispositions soient prises pour analyser le risque d’inondation et surtout pour les prévenir.

L’opportunité économique du projet SOCOL
En l’absence d’étude permettant d’identifier les entreprises susceptibles de s’installer sur le site, Ecolo s’interroge quant aux motivations qui justifient la création d’une nouvelle dalle sur le site SOCOL.

Les conséquences négatives pour l’environnement
Le rapport sur les incidences environnementales est lacunaire. Le CWEDD n’a d’ailleurs pu se prononcer sur le dossier SOCOL. Un tel projet ne peut se faire sans des relevés clairs et chiffrés relatifs à la faune, à la flore et à l’impact de la suppression ou de la modification de leur lieu de vie. Situé à l’entrée de la ville, à une centaine de mètres des habitations et à côté des jardins « partagés » entretenus par les habitants on est en droit de se demander si le site SOCOL est vraiment le meilleur endroit pour augmenter l’activité industrielle. Surtout lorsqu’on sait que le projet prévoit l’abattage de 8 ha de végétation de friche, considérés comme « dernier refuge et couloir de liaison pour la faune locale » et que l’on se trouve en bordure d’une zone Natura 2000 côté flamand.

La mise à l’écart du Master Plan de Duferco, branche Deep Green
Le site de 80 ha des anciennes Forges de Clabecq dispose d’un Master Plan (approuvé par le conseil communal de Tubize en 2013) pour le réaménagement de cette friche industrielle en un nouveau quartier. Il a fait l’objet d’une large concertation citoyenne et a obtenu l’adhésion à la fois des autorités communales et des citoyens… pour autant qu’un contournement routier Nord soit mis en place. La Région n’a pas prévu de financer le contournement initialement envisagé mais des alternatives existent. Il serait cependant plus logique, avant de procéder à de nouveaux travaux comme ceux du site SOCOL, de mettre en place cet indispensable contournement. Ecolo insiste sur la nécessité d’une politique de mobilité basée sur le développement de la mobilité douce (piétons, vélos) et des transports en commun.

Les contraintes de mobilité
Alors que le site offre l’opportunité d’utiliser le rail, la voie d’eau et la route, la SOFINPRO renonce au train. Ce passage de la tri-modalité à la bi-modalité est d’autant plus déplorable que l’ouest du Brabant wallon connaît de véritables problèmes de mobilité.

Ecolo appelle à :
– la suspension du dossier lié au site SOCOL
– la clarification des objectifs et des calendriers de chacun des projets et l’élaboration d’un schéma d’ensemble compréhensible pour les autorités communales, régionales et les citoyens de Tubize.

Une rencontre entre tous ces acteurs devrait être organisée, à l’initiative de la commune.

Hélène Ryckmans
Députée régionale et à la FWB
Sénatrice

Véronique de Brouwer
Secrétaire régionale

Sabine Desmedt
Echevine de l’Environnement, de la Culture, des Aînés, de la Santé et du Développement durable à Tubize

Luc Schoukens
Conseiller communal à Ittre

Vous pouvez visionner le reportage de TV Com sur le site de Clabecq en cliquant sur ce lien.

Share This