C’était prévisible. Ce lundi, l’assemblée générale de l’ISBW a approuvé le budget de l’ISBW, malgré l’opposition des représentants d’Ecolo qui y siègent, trop peu nombreux face aux trois autres partis. On le rappelle, alors même que le budget 2014 de l’ISBW est largement déficitaire, les rémunérations de sa présidente PS et de sa vice-présidente MR sont respectivement augmentées de 250% et de 2500%. Un beau cadeau à mettre sous le sapin…

La proposition du collège exécutif, adoptée en conseil d’administration sans les voix des administrateurs Ecolo, a été confirmée par l’assemblée générale de l’ISBW. Avec un rapport de force trop faible, Ecolo ne pouvait pas stopper cette décision tout à fait inadéquate en période de crise, et d’autant plus choquante qu’elle a lieu dans une intercommunale à vocation sociale, en déficit chronique et croissant d’année en année.

Pour rappel, l’assemblée générale de l’ISBW est composée de représentants de la province et de chacune des communes du Brabant wallon, issus du conseil communal. Le débat sur le budget de l’ISBW est mis chaque année à l’ordre du jour du conseil communal, qui discute et vote pour ou contre la proposition de budget. Les représentants de chacune des communes se retrouvent ensuite en AG de l’intercommunale pour voter formellement ce budget, dans le sens déterminé par son conseil communal.
C’est la procédure classique. Mais ce n’est pas celle qui a été mise en œuvre cette fois-ci.

« Cachez ce budget que je ne saurais voir »

Evidemment, soulignons que beaucoup d’élus du Brabant wallon, tous partis confondus, n’étaient pas ravis de devoir voter pour cette décision clairement inadéquate, mais les consignes du MR et du PS étaient claires. Pour contourner ce malaise et la perspective de débats houleux entre partenaires de majorité, 21 des 27 communes du BW n’ont tout simplement pas mis le débat du budget de l’ISBW à l’ordre du jour de leur conseil communal ! Si pour certaines, il s’agit d’un problème d’agenda – l’ISBW ayant pris tout son temps pour communiquer les informations nécessaires aux communes, c’était pour la plupart une manœuvre qui a permis d’éviter que le débat puisse avoir lieu, et d’éviter que le dossier reste sous le feu des projecteurs.

Seules 5 communes ont donc débattu sur le budget de l’ISBW. Braine-le-Château, Chastre et Genappe ont voté pour le budget. A Rixensart, 3 voix pour, 6 voix contre et 17 (!) abstentions ont abouti à un vote contre. A Court-St-Etienne, les conseillers communaux Ecolo ont réussi à rassembler une majorité alternative qui a mis le Bourgmestre MR en échec. Chaumont-Gistoux, qui tenait son Conseil communal hier – jour de l’AG de l’ISBW – a transmis un avis négatif sur le point de l’augmentation des rémunérations sans condition des mandataires de toutes les intercommunales du Brabant wallon.

Face à cette situation, d’autres communes ont décidé de ne pas décider. Et sans position officielle du conseil communal, les membres qui en sont issus votent « en leur âme et conscience » à l’assemblée générale de l’ISBW. On voit ce que ça a donné.

Ecolo déplore encore une fois les manœuvres politiques et le gouffre qui peut exister entre ce qui est dit face au public et à la presse, et ce qui est voté discrètement par la suite. En situation de déficit budgétaire chronique, dans un organisme public à vocation sociale, ce genre de pratique est particulièrement inopportun. La bonne gouvernance, l’éthique en politique et la confiance des citoyens envers des élus n’en sortent pas grandies… Un recours contre cette décision sera probablement déposé auprès de la tutelle, qui devra vérifier la conformité, mais surtout l’opportunité, de cette décision.

A l’heure où les économies se cherchent partout, une telle gabegie reste inexplicable aux travailleurs de l’ISBW et aux habitants du Brabant wallon qui paieront en fin de compte la facture de ces augmentations de rémunérations.

Les représentant-e-s Ecolo à l’ISBW

La régionale Ecolo du Brabant wallon

Share This