Cela fait des mois que la réforme des Maisons du Tourisme est sur la table et, en Bw, la situation est au point mort. Pour Ecolo Bw, la solution la plus cohérente est de travailler selon la logique territoriale avec une seule structure pour toute la province.

Une seule structure pour le Bw, c’est…

Valoriser l’ensemble des richesses touristiques du Bw

Le Bw est riche de ses campagnes, de ses paysages, ses villages, ses sentiers…que l’on peut découvrir à travers le tourisme vert.  A côté des grands pôles touristiques que sont Waterloo, Villers-la-Ville et Nivelles, une étroite collaboration avec les structure locales (les offices du tourisme et les syndicats d’initiatives, voire avec les administrations communales) assure un maillage plus large et diversifié du tourisme en Bw. Cela permet de véritablement valoriser l’ensemble de nos richesses touristiques qui sont reliées entre elles par tout un réseau (mobilité douce, gîtes, etc.)

«Cette structure unique de pilotage pour le Bw doit renforcer les hauts-lieux touristiques mais aussi être au service de tous les autres . C’est l’ensemble de l’offre touristique du BW qui doit être valorisée par cet opérateur unique »  – Jean-Luc Roland, bourgmestre d’Ottignies-Louvain-la-Neuve

Favoriser la bonne gouvernance

Avec une seule entité sur notre territoire fédérant le tourisme pour tout le Bw, on évite l’éparpillement des moyens et la multiplication des instances de gestion. Elle pourrait être adossée à une structure déjà existante pour éviter de créer un organe paracommunal supplémentaire.

« C’est indéniablement un pas en avant dans la rationalisation des structures publiques et donc la bonne gouvernance. Nous pensons qu’il faut travailler dans une logique territoriale et mutualiser les moyens.» – Philippe Evrard, bourgmestre de Mont-Saint-Guibert.

Maintenir l’emploi

Si le Brabant wallon n’arrive pas à mettre en place la réforme, les MT actuelles vont progressivement perdre leurs subsides et pourraient être contraintes de licencier leur personnel, en tout ou en partie.
Le Ministre Collin avait promis qu’il n’y aurait pas de perte d’emplois, mais il a oublié de prendre en compte les particularités locales et l’incertitude provoquée par une fusion imposée par le Gouvernement.

«  Une mutualisation de moyens permettrait aussi de mieux garantir le taux d’emploi, actuellement répartis sur les 5 MT. » – Pascal Rigot, échevin à Nivelles.

Véronique de Brouwer, Siska Gaeremyn et Youri Caels
Coprésidents régionaux

Share This