liste.jpg

Tout va bien pour la planète ?

Les partis traditionnels ont découvert la Terre ! Enfin ! les voilà qui rivalisent de propositions pour faire face au changement climatique, pour les économies d’énergie, qui courent derrière Nicolas Hulot et déclarent soutenir le pacte écologique belge, sans même en avoir pris connaissance (puisqu’il n’est pas encore sorti !), qui ont découvert que l’écologie est sociale et même humaine !

Ecolo se réjouit d’un tel engouement mais tient à rappeler que le bilan du gouvernement fédéral est plutôt marqué par la faiblesse de la mise en œuvre des engagements de Kyoto, par un manque de courage devant les lobbies (qu’il s’agisse de faire contribuer les pétroliers aux chèques mazout ou de leur attribuer des quotas d’émission exigeants), par la timidité des positions défendues au niveau européen en matière d’énergie renouvelable.

On est en plein dans l’effet d’annonce; pour que celle-ci devienne réalité durant la prochaine législature, les citoyens ont intérêt à choisir l’original plutôt que la copie, à renforcer ceux qui ont démontré la pertinence de leur vision et leur capacité à mettre en œuvre des politiques énergétiques, qui prennent en compte l’urgence sociale que représentent le coût de l’énergie et les pollutions, qui demandent la cohérence des politiques pour le développement durable. Monsieur Flahaut se plaît à dire « Vous verrez, cela passera,…comme la dioxine en 1999 ! Au fond, il exprime très bien le risque qu’après les élections, on reprenne sa bagnole, on remette la « clim » et les bonnes vieilles recettes des popotes gouvernementales.

Là où la violette fait mal en Brabant wallon !

Un dossier que les Brabançons wallons vivent particulièrement est bien sûr le problème du survol des avions et de la dispersion des vols de et vers Zaventem. Après 4 années de gouvernement violet, l’imbroglio est total dans ce dossier. Tant pour les habitants survolés de toutes parts que pour les pilotes. Plus personne ne s’y retrouve.
Après Bruxelles, le Brabant wallon est de plus en plus touché par les nuisances liées aux passages à basse altitude des avions : le bruit et les risques d’accident affectent tout le nord de la province.
Verhofstadt et son gouvernement n’ont pas pris leurs responsabilités.

Pointons aussi la diminution des services publics comme celle des boîtes et des bureaux de poste et des gares (en BW : Lillois, Limal, Court-Saint-Etienne, 24 guichets fermés en Wallonie et à Bruxelles).

Enfin, en matière de logement, le gouvernement Verhofstadt n’a pas été assez loin dans la régulation des loyers ni dans la stimulation des investissements en économie d’énergie.
Les ménages modestes du Brabant wallon sont particulièrement pénalisés par ces manquements.
En 2006, les prix ont encore augmenté de près de 10 %. Le nombre de personnes incapables de trouver un logement accessible est en constante augmentation (cf. photographie de l’immobilier par les notaires brabançons février 2007). De plus, les charges dans les logements modestes ont atteint parfois des proportions de 40 % par rapport au loyer.
Si on ajoute à cela les difficultés croissantes de la mobilité en BW (la dispersion de l’habitat et des zones économiques rend bien difficile de se passer de voiture), on peut craindre que notre province ne devienne un espace réservé aux nantis.

« Maintenant !», le bon choix !

Ce n’est pas parce que tout le monde parle d’environnement que les décisions nécessaires sont prises.

Le cocktail de fiscalité « verdache » du conseil de Louvain n’a pas convaincu !

Ce n’est pas parce que les socialistes sont au Gouvernement que le progrès social est à l’ordre du jour.

La fédération des CPAS wallons a récemment tiré la sonnette d’alarme en pointant le progrès de la pauvreté en Belgique: une augmentation (des bénéficiaires du Revenu d’insertion sociale) de 2,7 % en Wallonie. 15 % de la population belge vit sous le seuil de pauvreté. Pendant ce temps nos entreprises affichent des bénéfices record.

Ce n’est pas parce que le Premier Ministre est libéral que le pays se met sur la voie de la recherche et de l’innovation.

Alors que la Belgique s’est engagée à atteindre un taux de 3 % du PIB en dépenses pour la recherche /développement, ce taux a baissé durant les 4 dernières années, de 2,11 à 1,82 %.

Que ce soit pour mettre la Belgique en route vers le développement durable, pour relancer l’économie en l’orientant vers les emplois de demain ou pour offrir de réelles avancées et garanties sociales, les Verts sont plus que jamais nécessaires au pilotage du Pays.

C’est « Maintenant », qu’il faut aller vers « une Terre plus verte et un Monde plus juste »; c’est avec ECOLO et GROEN !, renforcés au Parlement fédéral !

C’est « Maintenant » qu’il nous faut une représentation renouvelée d’ECOLO parmi les députés issus du Brabant wallon ! Tous ceux qui, en Brabant wallon, aspirent à un futur solidaire et à la modernisation écologique de la société se retrouveront dans le projet écologiste.

Share This