Partis de Rebecq lundi matin, nous sommes arrivés jeudi soir dans le hameau de Marilles à Orp Jauche; l’amitié et le soleil ne nous ont pas quittés pendant ces 100 kms !

Ce fut une belle expérience que ces 4 jours de marche à travers les paysages brabançons, depuis les impressionnants terrils de porphyre à Quenast jusqu’aux grandes plaines agricoles de l’Est, notre « belle province » aligne une belle diversité de paysages et encore un peu de grands espaces.

Cependant, nous avons été impressionnés par la poursuite de la dispersion de l’habitat : beaucoup de nouveaux lotissements, parfois loin des villages, continuent à se développer. Les prix pourtant sont parfois ahurissants. De plus, leurs futurs habitants seront condamnés à de lourdes factures énergétiques et à prendre leur voiture pour aller acheter leur pain; peu de services accessibles, peu de vie sociale dans les rues; beaucoup de voitures par contre et des problèmes de trafic jusque dans les chemins de remembrement, empruntés par les résidents comme raccourcis.

Outre le gaspillage énergétique causé par cette dispersion, la mobilité devient pour beaucoup un problème de sécurité pour les enfants et tous usagers  » faibles », un problème de temps de vie, un problème financier aussi.

Nous avons aussi pu constater que l’infrastructure ne suivait pas toujours; certains de ces lotissements ne sont pas reliés à un égout et pas épurés. On sent la gestion à court terme, pour avoir plus d’habitants mais sans en assumer les conséquences en termes de services.

Enfin, nous avons pu admirer – ou frissonner- c’est selon – devant la puissance des engins et pratiques agricoles qui modèlent nos terres. C’est l’époque de la plantation des pommes de terre, et nous marchions à côté d’hectares façonnés comme des barres de chocolat. C’est l’époque des épandages, et on nous a conseillé de ne pas dormir en bord des champs. Heureusement, des revalorisations écologiques se constituent çà et là, avec le RAVEL de Perwez à Jodoigne, avec les plantations de haies à Chastre, avec les belles initiatives autour du site des ruines de Villers la Ville, etc….

Le Brabant est aussi parsemé d’Ecolos, généreux, imaginatifs, entreprenants,… Nous en avons vu tout plein, marqués par leur attachement au terroir et par une volonté farouche d’agir localement en pensant globalement. Merci à tous ceux qui nous ont accueillis et accompagnés dans cette petite aventure ensoleillée.

D’autres candidats se sont investis dans cette traversée et n’ont pas ménagé leurs semelles : un salut tout particulier à Julien Gasiaux et à Lise Jamar !

Thérèse Snoy

walh3.jpg

Share This